Exposition 2021 « Energumènes ! »

Studio VIA présente Energumènes ! une exposition du 28 août au 26 septembre
2021, conçue comme un cheminement autour de la thématique protéiforme qu’est le
portrait ou l’autoportrait. À travers les œuvres d’artistes* de différents horizons (art
actuel, art brut, art populaire et naïf) et de médiums variés (peinture, photographie,
dessin, textiles, sculpture), nous vous invitons à partir à la rencontre de différents
énergumènes…Ces portraits d’énergumène sont des représentations choisies de
sujets de l’Humanité, de vous-mêmes, de nous tous. À travers le vocable
d’énergumène, nous évoquons ici des personnages au comportement exalté, qui
parlent, gesticulent avec véhémence, qui ne sont pas à leur place et qui détonent par
leur apparence ou leur comportement avec des caractères instinctifs, sauvages,
surprenants, et opposés à l’ordre policé des choses.

  • par ordre alphabétique: Christophe Barcella, Jean-Louis Bigou, Alain Bouillet,
    Collection Alain Bouillet, Fabienne Cabado, Chris Flammente, Christian Giménès,
    Marie Jallot, Georges Jordy, Hélène Kasel, Danielle Lanta, Laurent Madrènes, Anne
    Montaut et Elia Pagliarino.
    Cette exposition se construit autour de trois axes majeurs de réflexion :
     
    Autoportrait et autodérision… La figure de l’artiste dans notre société
    contemporaine, à travers son autoportrait peut aussi bien se décliner dans le
    burlesque, la poésie, ou l’étrange. Les créateurs actuels pratiquent ici l’autoportrait
    moins pour affirmer leur gloire que pour mettre en scène l’être fragile, incertain voire
    monstrueux que révèle l’image de soi-même. Effet du retour en force de
    l’individualisme et d’une culture qui remet le « moi je » au centre des préoccupations
    vitales. Comme ses maîtres du passé, l’artiste s’observe dans le miroir sans
    complaisance, comme pour en finir avec l’image de soi et ainsi avec sa propre
    représentation…L’amour comme le désamour de soi sont ici de puissants moteurs,
    l’autoportrait se profilant comme un équivalent de la méditation, de l’investigation,
    sinon de la cure psychanalytique.
     
    Vertiges de l’identité… Se représenter soi-même n’est pas un acte anodin : il s’agit
    d’une interrogation qui, souvent, débouche sur les méandres de l’identité et du genre.
    Qui suis-je vraiment ? Que voyez-vous de moi ? Aujourd’hui, les créateurs
    dépeignent des êtres qui sont plus ou moins là, plus ou moins fixé sur la toile ou le
    papier, plus ou moins absents. On se cherche inlassablement. On se crée une
    multitude d’identités et d’avatars à travers des portraits-robots, des clones ou des
    hybrides mystérieux. On veut à la fois ressembler à tout le monde et garder une
    forme de singularité. Un rapport à la société occidentale actuelle qui en dit long…
     
    Animalité…La question de la duplicité de l’être humain et de l’animal est explorée
    depuis les représentations paléolithiques qui font coïncider la naissance de
    l’humanité moderne et sa figuration sous des formes animales. L’humain, à l’origine
    réfugié dans les profondeurs des grottes, cheminait sans doute en prise directe avec
    la faune et sa propre animalité. Les notions de rêves et de métamorphoses font
    partie de ce cheminement, comme autant de passages possibles d’une forme à une

autre, d’un état physique voire rituel et psychologique à un autre. Les contes mythologiques ont bien souvent trouvé leurs origines dans cette dualité humaine et animale. ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 Vernissage : samedi 28 août 2021 à partir de 18h.

 Galerie ouverte du samedi 28 août au dimanche 26 septembre 2021. Permanence

 du jeudi au dimanche (15 à 19h). Les autres jours/heures sur rendez-vous.++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 Studio VIA – 12, rue de Fontcalel – 11700 Fontcouverte

 Tél. 06 76 97 52 94

 Site web: www.via-studio.org

 Courriel: studiovia@orange.fr